Ramadan : Pourquoi les drépanocytaires ne peuvent pas jeûner ?

En ce début de Ramadan, le Dr Ibrahim Taré, médecin spécialiste au Centre de Recherche et de Lutte contre la Drépanocytose (CRLD), nous explique au Point G pourquoi les drépanocytaires ne peuvent pas jeûner et quels comportements doivent être adoptés par les porteurs sains. Durant ce mois béni où les fidèles musulmans observent le jeûne, considéré comme un acte d’adoration majeur, beaucoup de drépanocytaires jeûnent sans prendre conscience des conséquences et des dangers auxquels ils s’exposent.

Le Dr Taré explique que la drépanocytose est une maladie génétique qui favorise la déshydratation. Boire beaucoup est essentiel pour compenser la perte d’eau. Le jeûne étant déconseillé pour les drépanocytaires, le Dr Taré souligne que non seulement le jeûne entraîne une déshydratation, mais il perturbe également le processus de réhydratation nécessaire. Cela peut déclencher des crises sévères, pouvant nécessiter des transfusions sanguines répétées.

De nombreux drépanocytaires ne sont pas conscients des effets néfastes de leur maladie, surtout pendant la saison froide, où le manque d’oxygène ou d’eau peut être fatal. Selon le Dr Taré, les différentes formes de drépanocytose, telles que SS et S bêta zéro thalassémie, peuvent entraîner des crises sévères, des infections graves, voire des AVC.

La prévention de ces crises douloureuses repose sur une bonne hydratation, avec une consommation d’eau d’au moins 3 à 4 litres par jour. Il est recommandé d’éviter de jeûner tous les jours, et pour ceux qui souhaitent quand même jeûner, de faire une pause de deux jours par semaine.

En conclusion, il est essentiel de suivre les recommandations d’un médecin pour assurer la santé des drépanocytaires pendant le Ramadan, en particulier après une période de forte chaleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *