Harmonisation et l’utilisation des symboles de l’Etat: vers la tenue de la semaine nationale

C’est à travers une communication écrite du Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux Mamoudou Kassongue présentée ce mercredi 14 février 2024 au conseil des ministres que l’information a été rendue publique. Selon les termes de la communication présentée par le garde des sceaux, de la proclamation de la République du Mali à ce jour, des lois constitutionnelles et ordinaires ont permis de définir et consacrer les différents symboles de l’État, dont cinq (05) fondamentaux, que sont : le Drapeau, la Devise, l’Hymne national, le Sceau et les Armoiries. Et conformément à la vision du Président de la Transition, Chef de l’État, le Ministre de la Justice se propose de mieux encadrer l’usage des symboles de l’État, attributs majeurs de la République, cela à travers la tenue d’une rencontre dite : « Semaine Nationale pour l’Harmonisation et l’Utilisation des Symboles de l’État », car les symboles de l’État répondent à trois (03) principes de base à savoir : La souveraineté : caractère unique inaliénable, l’exclusivité : droit d’usage strictement réservé, soumis à autorisation et contrôle et la conformité : normalisation, invariabilité, standard. La tenue de cette rencontre par le Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux Mamoudou Kassongue découle d’un constat d’irrégularité et ces irrégularités s’imputent habituellement à une méconnaissance de l’objet, non seulement par les citoyens, mais aussi par certains agents de l’État, en l’absence parfois de textes juridiques de référence. En vue de trouver une solution pérenne aux difficultés soulevées, il est prévu d’organiser une « Semaine Nationale pour l’Harmonisation et l’Utilisation des Symboles de l’État » pour bannir leur utilisation désordonnée et frauduleuse et mettre fin à leurs violations à la fois profanes ou délictuelles. La « Semaine Nationale pour l’Harmonisation et l’Utilisation des Symboles de l’État » a pour but entre autres : De sauvegarder l’image, le crédit et l’autorité de l’État à travers sa marque dans les actes, d’illustrer et de promouvoir auprès des citoyens le sens de la République et la perception conforme de la civilité institutionnelle, d’informer et de sensibiliser les populations pour prévenir les préjudices de la transgression des symboles et les mettre à l’abri des risques éventuels de profanation, de communiquer afin de favoriser et canaliser l’appropriation citoyenne des symboles de l’État comme moyen de cultiver l’esprit patriotique et d’exalter le sentiment national. À noter que les activités de la semaine nationale pour l’harmonisation et l’utilisation des symboles de l’État seront lancées le vendredi 23 février 2024.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *