Ghana : le ministre des Finances Ken Ofori-Atta et 12 autres ministres, limogés par Nana Akufo-Addo

(Agence Ecofin) – En plein programme économique avec le FMI et alors que la présidentielle se profile pour la fin de l’année, le président ghanéen Nana Akufo-Addo a décidé de se séparer de 13 ministres et 10 vice-ministres.

Le président ghanéen Nana Akufo-Addo a annoncé ce jeudi 14 février, un vaste remaniement au sein de son gouvernement, touchant treize ministres, dont Ken Ofori-Atta (photo), le ministre des Finances. Cette décision inclut également le limogeage du ministre de l’Intérieur, Ambrose Déry, du ministre de la Santé, Kwaku Agyeman Manu, ainsi que du ministre du Tourisme, Ibrahim Mohammed Awal, parmi d’autres.

Ce remaniement intervient alors que la gestion de la crise économique ghanéenne par le ministre des Finances, Ken Ofori-Atta, était vivement critiquée par l’opposition. Depuis quelques années, l’économie ghanéenne est confrontée à des difficultés concernant sa dette, une inflation croissante et une dépréciation de la monnaie. Des défis qui ont poussé les autorités à recourir au FMI, en contradiction avec la ligne de conduite initialement défendue par le président Akufo-Addo et qui prônait l’indépendance vis-à-vis de cette institution.

A quelques mois d’une élection présidentielle pour laquelle le parti au pouvoir et l’opposition sont déjà en ordre de bataille, ce limogeage massif, qui affecte également 10 vice-ministres, s’apparente à une tentative de donner un nouveau souffle à l’action publique. Dans le cadre des mesures visant à relancer l’activité économique, les autorités avaient également entrepris de réduire le train de vie de l’Etat, tout en améliorant l’efficacité de l’action gouvernementale.

La nouvelle équipe gouvernementale est déjà constituée et attend le quitus final du parlement. Le président Akufo-Addo a désigné Mohammed Amin Adam en tant que ministre d’Etat, chargé des Finances. Ce dernier aura la lourde charge de poursuivre les réformes entamées par la précédente équipe pour remettre l’économie sur les rails.

En janvier dernier, Accra a réussi à conclure un accord avec ses créanciers officiels pour la restructuration de 5,4 milliards de dollars de dettes. Cette étape a permis au pays d’Afrique de l’Ouest de bénéficier d’un décaissement immédiat de 600 millions $ du Fonds monétaire international (FMI), dans le cadre de son programme de soutien financier de 3 milliards de dollars, conclu en mai 2023. Des efforts dont l’objectif final reste la stabilisation de l’économie et la restauration de la confiance des investisseurs.

Source: https://www.agenceecofin.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *