Mutilations Génitales Féminines (MGF) : « ONG PAD dit stop à l’excision et au mariage de l’enfant »

La Journée internationale contre les mutilations génitales féminines (MGF), célébrée chaque année, le 6 février. Cette pratique, met en danger la santé de la femme et de la fille, les prive de leurs droits et entrave le développement de leur potentiel.

L’ONG Paix Action et Développement dit “NON” à cette horrible pratique, une aversion pour les droits humains de millions de personnes.

Selon les estimations de l’OMS, entre 130 et 140 millions de femmes ont subi une Mutilation Génitale Féminine (MGF).  La Côte d’Ivoire est des pays d’Afrique les plus touchés par la pratique et on estime à 80% le nombre de femmes excisées dans le pays. Dire  que la pratique persiste relève donc de l’euphémisme.

« L’ONG Paix Actions Et Développement nous devons lutter contre les mutilations génitales féminines et le mariage d’enfants sont de très mauvaises choses. Non seulement elles nous empêchent d’aller à l’école normalement, mais une fille qui est mariée contre son gré, en étant mineure est malheureuse, peut facilement mourir lors d’un accouchement dans ce mariage, parce que le corps des enfants n’est pas fait pour porter d’autres enfants », a déclaré le Président de l’ONG PAD, SIDIBE ben Yacouba

Il a exprimé son indignation sur le fait que certains parents force leur enfants  à leur marié pendant ces enfants ont leur place à l’école. «Quand un enfant est marié avant l’âge légal, il est perturbé et peut même se suicider. Je dis NON à l’excision car des enfants perdent la vie à cause de ce phénomène. Des femmes excisées ont mal lors de l’accouchement et d’autres ont des problèmes de santé. » décrié Ben yacouba

L’ONG PAD estime que pour lutter contre l’excision des solutions existent il faut l’éducation des hommes et des femmes, l’implication et le soutien des responsables religieux, la participation active des exciseuses traditionnelles, la pratique de simulacres d’excisions permettront de sauver les enfants tout en évacuant en douceur des millénaires de traditions barbares.

L’année 2030. C’est l’horizon fixé par les Nations unies pour éradiquer définitivement l’excision à échelle du globe. Les Mutilations Génitales Féminines (MGF) sont définies par l’Organisation mondiale de la santé comme « toutes les interventions incluant l’ablation partielle ou totale des organes génitaux externes de la femme ou toute autre lésion des organes génitaux féminins qui sont pratiquées pour des raisons non médicales » dit-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *