Conférence interrégionale de l’AMSEP: Ibrahim Ag Nock prône « la promotion et le développement de l’emploi vert »

Le Directeur  de l’Agence Nationale de  la promotion de l’emploi, Ibrahim Ag NOCK, non moins  vice –président de l’Association Mondiale des Services d’Emploi Publics(AMSEP) pour la Région Afrique et Président de l’Association Africaine des Services Publics d’Emploi (AASEP), a pris  part du  18 au 21 décembre 2023 à Conakry en République de Guinée à  la conférence interrégionale sur le thème “Développement et promotion des emplois verts, une opportunité pour les services d’emploi publics”.

En terre guinéenne,  notre  compatriote  a livré  un discours  dans lequel  il a insisté sur  le rôle des Service d’emploi  publics (SPE) dans le développement et la promotion de l’emploi vert. Pour lui, ce thème au  cœur  de la réunion de la conférence interrégionale dénote éloquemment l’intérêt manifeste que l’organisation accorde aux problématiques sensibles. « Quels secteurs pourraient-ils y avoir de nos jours, plus porteurs d’espoirs face à l’ampleur du chômage, notamment celui des jeunes et d’autres couches vulnérables, que ceux du digital et du développement durable en lien avec l’urgence climatique ? », s’interroge le président  de l’ANPE. Poursuivant  Ibrahim Ag Nock a salué  la justesse et la pertinence du choix  de l’emploi  vert  comme  thème de discussion de la  conférence.  Ce choix, selon lui, a permis  d’échanger les bonnes pratiques en la matière, de partager les expériences en vue d’un transfert de connaissances entre SPE membres dans une approche multi partenariale structurée et enfin.  Egalement d’instaurer une réflexion, à tous les niveaux, sur le développement durable érigé comme le stimulant d’une croissance économique globale assez productive.

Environ 200 millions de chômeurs dans le monde.

Et Ibrahim Ag Nock de revenir sur la problématique du chômage en Afrique subsaharienne qui demeurent le taux d’emplois vulnérables le plus élevé au monde oscillant autour de 66%.  Eu regard de cette situation, il a indiqué que les Etats africains sont contraints d’évoluer vers une diversification économique durable susceptible de dégager, à moyen et long termes, des résultats probants en matière de développement du travail décent et de réduction de la pauvreté. Ibrahim Ag Nock  de rappeler  une étude scientifique du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) qui stipule  que «   les transitions vers une économie durable se traduisent par la création d’emplois massifs et de meilleure qualité, notamment dans l’approvisionnement énergétique, le recyclage et la revalorisation du non biodégradable, l’agriculture, la construction et les transports, la décarbonation et l’abandon graduel des énergies fossiles. » Il a  exhorté les différents Services d’emplois publics africains  à tirer le meilleur parti du potentiel que constitue l’environnement et le concept de développement durable pour la promotion de l’emploi et l’amélioration des conditions de vie et de travail.

Par ailleurs, Ibrahim Ag Nock a regretté  les émissions de gaz à effet de serre  qui, selon lui, ne cessent d’augmenter à l’échelle mondiale.  « Les signaux du changement climatique sont visibles partout dans le monde et surtout en africain qui en est l’une des lanternes rouges. La plupart des conflits qui endeuillent les communautés voire des pays d’Afrique et d’ailleurs, de nos jours, tirent leurs origines dans des causes liées à la dégradation climatique. Les scientifiques du climat conviennent à dire que pour circonscrire les conséquences de ce changement climatique, le réchauffement de la planète doit être contenu sous 2°C, advienne que pourra »,a déclaré le Directeur de l’ANPE, qui soutient que  l’AMSEP et ses démembrements sont parfaitement dans leur rôle en planchant sur la problématique de leur implication dans le développement de l’emploi vert via l’entreprenariat écologique.

Toujours, Ibrahim Ag Nock est revenu sur le Plan d’actions de la COP24 pour la transition écologique qui, selon lui,  vise à permettre de récolter des informations sur le soutien aux travailleurs et communautés en transition ; de créer des lignes directrices pour les politiques climatiques des différents pays …  A ce sujet, il a lancé  un vibrant appel aux SPE membres des pays à cheval sur la trajectoire de la Grande Muraille Verte d’Afrique émanant du Nouveau Partenariat Economique pour le Développement de l’Afrique (NEPAD). Ce, afin qu’ils développent des stratégies pour entreprendre des actions vigoureuses et efficaces relatives à leur pleine participation audit projet fédérateur, et qui est un véritable trésor d’emplois verts, de Dakar à Djibouti. Pour ce faire,  il a exhorté les services d’emplois publics africains à s’inscrire ’aux antipodes des super Puissances qui se livrent à la course effrénée aux armements à destruction massive, en menant une course d’endurance à la promotion de l’emploi vert concourant à l’émergence globale et équilibrée d’un développement durable sans précèdent dans l’optique d’une transition juste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *