Charte de l’ONU : le Mali réaffirme son attachement à l’instrument

Monsieur Abdoulaye DIOP, Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, a mis les points sur les i, ce vendredi 22 septembre 2023 à New York. C’était lors de la quatrième réunion ministérielle du Groupe des amis pour la défense de la Charte.

Faut-il le rappeler, cette réunion est consacrée, à la défense des principes et objectifs de la charte des Nations unies.

En commençant par reconnaître et à saluer le leadership de la République Bolivarienne du Venezuela à la tête du Groupe des amis pour la défense de la Charte. Le Ministre DIOP a réitéré à la Présidence vénézuélienne le plein soutien de la délégation malienne.

Au nom du Gouvernement du Mali, il a adressé ses vifs remerciements, à l’ensemble des Etats membres du Groupe pour la suite favorable réservée à la demande d’adhésion du Mali…

Il a rappelé que le Gouvernement du Mali a adhéré à ce Groupe, car il partage les mêmes valeurs et les mêmes principes que les pays membres respectifs, à savoir la défense des principes et des buts contenus dans la Charte des Nations Unies.

A en croire, ces valeurs et ces principes sont fortement menacés.., à travers notamment la multiplication des mesures unilatérales portant atteinte à la souveraineté et à l’intégrité territoriale des Etats, ainsi que les violations répétées du droit international. La confiance se trouve donc fortement entamée entre les Etats membres.

En fustigeant la déstabilisation du sahel, par l’intervention militaire de l’OTAN en Libye en 2011, il a souligné que depuis, le Sahel continue de compter ses millions de morts, de réfugiés, de déplacés internes et ses innombrables destructions matérielles. A l’en croire, cette guerre en Libye est à l’origine du terrorisme et de l’extrémisme violent, des violations des droits de l’homme que les auteurs de la déstabilisation de la Libye disent paradoxalement défendre. Cette intervention militaire de l’OTAN en Libye est aussi à la base des coups d’Etat dans la région, car l’insécurité crée et entretenue a généré un mécontentement et des contestations des régimes en place, a-t-il poursuivit.

Il a souhaité que le Groupe accorde une attention spécifique à la région du Sahel et à ses défis.

Dans cette perspective, le Mali reste ouvert à tous les partenariats respectueux de sa souveraineté, de ses choix de partenaires et des intérêts des populations maliennes, selon lui.

Il a aussi souligné que le Mali s’est engagée à organiser des élections générales en vue du retour à l’ordre constitutionnel.

Il a rappelé qu’après le constat de l’échec des forces internationales présentes au Mali, y compris la MINUSMA, le Gouvernement du Mali a demandé et obtenu du Conseil de sécurité le retrait de la Mission des Nations Unies, au plus tard le 31 décembre 2023. Les Autorités maliennes attachent un intérêt particulier au respect dudit calendrier et appellent les Nations Unies à son observation, a-t-il ajouté.

Au nom du gouvernement du Mali, il a renouvelé sa gratitude, à la Fédération de Russie pour son recours au veto contre le projet de résolution coprésenté par la France et les Emirats Arabes Unis et visant à renouveler le régime de sanctions concernant le Mali. Il a poursuivie que ce régime de sanctions ne jouissait plus du soutien de son Gouvernement, car devenu un instrument politique de déstabilisation et un moyen de pression au service de puissances hostiles aux choix souverains de son pays.

En remerciant l’ensemble des pays amis pour leur soutien,

Il a rassuré que le Gouvernement de la République du Mali entend jouer un rôle positif au sein du Groupe des amis pour la défense de la Charte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *